Fév
12
dim
2017
SÉMINAIRE – Réseau Jeunes Chercheurs Santé et Travail : FÉVRIER 2017 “Les RPS au prétoire. Retour sur la judiciarisation des troubles de santé psychique liés au travail” @ communiqué ultérieurement
Fév 12 @ 9 h 00 min

Cette manifestation scientifique est une lauréate 2016
des actions soutenues par le DIM GESTES
sur financement du Conseil régional d’Île-de-France.

IdF + Gestes

Le Réseau Jeunes Chercheurs Travail et Santé propose un cycle de 6 séminaires et un colloque (mars 2017)
A

Informations sur le lieu et les horaires du séminaire de Février 2017 , à venir prochainement.

 A

RJCTS JE 20160525 Trio2

Animation de la séance :
Marion Gaboriau, doctorante en sociologie CSO, Sciences Po,
Rémy Ponge, doctorant en sociologie, Université Versailles Saint Quentin en Yvelines, Printemps

A

RJCTS JE 20160525 GestesÀ la suite de plusieurs affaires portées devant les tribunaux, une série d’arrêts ont été rendus qui font le lien entre organisation du travail, politique de management, système d’évaluation et trouble de la santé psychique des travailleurs (dépression, harcèlement moral, stress, RPS, burn out, suicides…). Plusieurs arrêts ont ainsi été rendus qui reconnaissent en accident du travail des dépressions ou des suicides. D’autres ont pointé le risque que font peser certaines formes de management et d’évaluation du personnel sur la santé des salariés et ont condamné en conséquence les pratiques de certaines entreprises (Arrêt Mornay 2007, Sanofi 2012, Caisse d’Épargne 2012). Enfin, plusieurs arrêts visant à encadrer la mise en place de projets de réorganisation du travail et à prévenir toute atteinte à la santé psychique des salariés ont été rendus (Snecma 2008, Fnac 2012)

Le produit de ces actions en justice, menée par des représentants du personnel et de CHSCT ont donné des armes à ces acteurs (reconnaissance en accident du travail, suspension des projets de réorganisation, faire interdire des systèmes d’évaluation du personnel…). En même temps qu’elles montrent l’importance du contentieux dans la production d’un cadre juridique sur les troubles de santé psychique, ces affaires posent la question de la capacité des acteurs à ester en justice. À travers des échanges croisés entre acteurs de l’action judiciaire (avocat, juriste, magistrat, syndicaliste, salariés) cette séance visera à interroger la judiciarisation des conflits autour des troubles de santé psychique liés au travail, les conditions de possibilités de l’action en justice, le sens et les enjeux que cela soulève pour les acteurs.

A

Intervenants (sous réserve) : Jérôme Pélisse, Professeur des Universités (CSO, Sciences Po), Michel Miné, professeur de droit du travail (CNAM), Eric Beynel, porte parole de Solidaires, Benoit Arvis, avocat au Barreau de Paris et membre du réseau Souffrance et travail.

Contacts organisateurs :

Camille GASNIER, camille.gasnier@ehess.fr
Tessa TCHAM, tcham.tessa@gmail.com
Scarlett SALMAN, scarlett.salman@u-pem.fr
Rémy PONGE, remy.ponge@gmail.com

Vigipirate Dans le cadre du renforcement du plan Vigipirate, des contrôles pourront être effectués. Merci de vous munir de vos cartes d’identité.

Mis en ligne par le DIM Gestes, le jeudi 3 novembre 2016

Logos facebook twitter Gestes

 

Mar
12
dim
2017
SÉMINAIRE – Réseau Jeunes Chercheurs Santé et Travail : MARS 2017 “De l’Inspection du travail à l’audit de certification des entreprises : réformes et remise en cause du contrôle des entreprises” @ communiqué ultérieurement
Mar 12 @ 9 h 00 min

Cette manifestation scientifique est une lauréate 2016
des actions soutenues par le DIM GESTES
sur financement du Conseil régional d’Île-de-France.

IdF + Gestes

Le Réseau Jeunes Chercheurs Travail et Santé propose un cycle de 6 séminaires et un colloque (mars 2017)
A

Informations sur le lieu et les horaires du séminaire de MARS 2017 , à venir prochainement.

 A

RJCTS JE 20160525 Trio2

Animation de la séance :

Gaetan Grafteaux, doctorant en droit, Université de Bordeaux, COMPTRASEC

Camille Gasnier, doctorante en sociologie, EHESS, Cermes3

    • Arnaud Mias, sociologue, Professeur des universités à Paris Dauphine, IRISSO
    • Anne Laure Beaussier (sous réserve), Docteure en science politique, King’s College London, CSO
    • Camille Gasnier, doctorante en sociologie, EHESS, Cermes3

RJCTS JE 20160525 Gestes

L’Inspection du Travail a subi de profondes réformes ces dix dernières années. La restitution de l’enquête de sociologie menée par Arnaud Mias reviendra sur les conditions de travail des Inspecteurs et leurs modalités d’action.

Une seconde présentation comparera les systèmes d’inspection du travail de différents pays européens (France et Grande Bretagne principalement). Quelles modalités de contrôle ont-ils défini et dans quelles perspectives ? Dans quelle mesure donnent-ils lieu à des appropriations originales de la notion de risque ?

Une dernière présentation montrera que la spécificité française en matière de contrôle est aujourd’hui remise en cause par des concurrents privés, les auditeurs certifiant les entreprises en santé sécurité au travail, dont le modèle de contrôle s’apparente à celui des inspecteurs d’autres pays. A l’aune de cette mise en perspective entre le contrôle public et le contrôle privé et de la comparaison européenne proposée, nous réévaluerons les enjeux des réformes de l’Inspection du Travail en France.

Contacts organisateurs :

Camille GASNIER, camille.gasnier@ehess.fr
Tessa TCHAM, tcham.tessa@gmail.com
Scarlett SALMAN, scarlett.salman@u-pem.fr
Rémy PONGE, remy.ponge@gmail.com

Vigipirate Dans le cadre du renforcement du plan Vigipirate, des contrôles pourront être effectués. Merci de vous munir de vos cartes d’identité.

Mis en ligne par le DIM Gestes, le jeudi 3 novembre 2016

Logos facebook twitter Gestes

 

Mar
19
dim
2017
COLLOQUE – Réseau Jeunes Chercheurs Santé et Travail – MARS 2017 “Réinterroger la pertinence de la notion de risque pour aborder la santé au travail et le travail “ @ communiqué ultérieurement
Mar 19 @ 9 h 00 min

Cette manifestation scientifique est une lauréate 2016
des actions soutenues par le DIM GESTES
sur financement du Conseil régional d’Île-de-France.

IdF + Gestes

Le Réseau Jeunes Chercheurs Travail et Santé propose un cycle de 6 séminaires et un colloque (mars 2017)
A

Informations sur le lieu et les horaires du COLLOQUE de MARS 2017 , à venir prochainement.

 A

RJCTS JE 20160525 Trio2

Premier Jour : Risques, émotions et enjeux moraux au travail : quels dialogues ?

Analysées selon un diptyque plaisir/souffrance au travail, les émotions au travail ont été prises pour objet en sciences sociales afin d’interroger la façon dont elles mettent en jeu la santé des acteurs. Au-delà ou en deçà des « risques psychosociaux » (qui comprennent les « exigences émotionnelles » d’après le rapport Gollac), les émotions peuvent-elles être pensées en termes de risques ? Quels sont les apports et les limites de cette notion sur ce sujet ? A partir de cet objet limite pour la « mise en risques » que sont les émotions, la discussion est l’occasion d’explorer les ressorts et les contours actuels de la notion de risque. Elle offre également la possibilité d’interroger sous un nouvel angle la place des émotions au travail et dans la santé au travail. En découle le choix de faire dialoguer des approches différentes sur le sujet, allant de propositions d’analyse du « risque émotionnel » à celles en termes d’enjeux moraux dans les pratiques professionnelles.

Comment les émotions nous renseignent-elles sur le travail en lui-même et les relations qui nouent les acteurs ? Comment les appréhender ? Les émotions peuvent être une clé d’analyse des rapports sociaux de travail (Aurélie Jeantet). Elles sont porteuses de normes et font l’objet d’une régulation collective mais aussi de remise en cause par des pratiques de déviance (Thomas Bonnet, Sabine Fortino). Elles peuvent, à l’inverse, paraître plus marginales (ou diffuses) dans l’analyse du travail lorsque cette dernière accorde une place plus importante à l’analyse des enjeux moraux qui se manifestent dans les pratiques professionnelles (Anne Paillet, Marine Jeanne Boisson).

A
Intervenants (sous réserve):

Anne Paillet (MCF en sociologie, UVSQ, Printemps),
Marine Jeanne Boisson (doctorante en sociologie, LIER, EHESS),
Thomas Bonnet (Docteur en sociologie, CERTOP, Université Toulouse Jean Jaurès),
Sabine Fortino (MCF en sociologie, CRESPPA, Université Paris Ouest Nanterre),
Aurélie Jeantet (MCF en sociologie, CRESPPA, Université Sorbonne Paris 3),
Déborah Ridel (doctorante en sociologie, LEM, Université d’Artois)

Deuxième JoRJCTS JE 20160525 Gestesur : Mesure ou clinique, mesure et clinique ?

Quels sont les apports et les limites d’une approche par les risques par rapport à une approche centrée sur le métier et son développement comme facteur de prévention ? Comment expliquer la prégnance de la « mise en risque » des problèmes de santé au travail, jusqu’à la « mise en risque » de ce qu’on a appelé les « facteurs de risques psychosociaux » ? La « mise en risque » supposant une « mise en mesure », car un risque se calcule, nous proposons, pour explorer ces questions, de nous centrer sur l’opposition entre mesure et clinique.

Cette deuxième journée reviendra sur l’opposition classiquement établie entre approche quantitative, gestionnaire, technique de la santé au travail (en particulier des questions de stress au travail) et approches qualitatives, cliniques, proches de l’activité de travail. La mesure est-elle condamnée à rester l’envers voire le modèle repoussoir des approches cliniques ? Cette évidence mérite d’être mise en regard de l’abondante production d’enquêtes quantitatives consacrées à la santé au travail (enquêtes de la DARES sur les conditions de travail, et particulièrement SUMER), y compris en entreprise, par les médecins du travail eux-mêmes (comme Everest ou certains usages du questionnaire de Karasek). Si la mise en risque appelle la mesure (quel indicateur mesurer pour diagnostiquer quel facteur de risque ?) pour une prise en charge par la gestion, on observe que le diagnostic se suffit souvent à lui-même. L’enquête de Marion Gilles montre qu’en pratique, dans les entreprises, les médecins du travail parviennent à donner plus de visibilité aux enjeux de santé au travail grâce aux chiffres produits mais qu’ils peinent à faire valoir une approche qualitative, centrée sur les contextes de travail, à partir de ces mêmes indicateurs chiffrés. Bien sûr, il convient de préciser les contextes organisationnels et explorer les limites de cette opposition. Si celle-ci persiste, quel intérêt y a-t-il alors à lancer ces enquêtes quantitatives, à proposer de nouveaux indicateurs ? Faut-il abandonner tout projet de mesure et, au-delà, de « mise en risques » du mal-être au travail ? Par ailleurs, la mesure semble se retrouver de plus en plus au cœur des enjeux d’évaluation des politiques de prise en charge de la santé au travail et de prévention. La question des critères et des indicateurs retenus est ici évidement centrale. On peut alors à la fois s’interroger sur la construction de ces indicateurs, leurs apports et leurs limites dans l’appréhension des questions de santé au travail tout comme sur leur pertinence, mais aussi sur le dialogue et les échanges possibles entre approche clinique et quantitative à des fins d’évaluation.

A

Intervenants (sous réserve):

Sarah Memmi (sociologue à la DARES, présentation de la construction de l’enquête SUMER),
Marion Gilles (sociologue à l’ANACT) ;
« Débat » entre Michel Gollac et Yves Clot ; des acteurs des grandes enquêtes quantitatives sur la santé au travail (Loup Wolff…),
Jean-Noël Jouzel (CSO, Sciences Po).

A

Contacts organisateurs :

Camille GASNIER, camille.gasnier@ehess.fr
Tessa TCHAM, tcham.tessa@gmail.com
Scarlett SALMAN, scarlett.salman@u-pem.fr
Rémy PONGE, remy.ponge@gmail.com

Vigipirate Dans le cadre du renforcement du plan Vigipirate, des contrôles pourront être effectués. Merci de vous munir de vos cartes d’identité.

Mis en ligne par le DIM Gestes, le jeudi 3 novembre 2016

Logos facebook twitter Gestes

 

Avr
16
dim
2017
SÉMINAIRE – Réseau Jeunes Chercheurs Santé et Travail : AVRIL 2017 “Conseiller pour prévenir les RPS : que font les consultants ?” @ communiqué ultérieurement
Avr 16 @ 9 h 00 min

Cette manifestation scientifique est une lauréate 2016
des actions soutenues par le DIM GESTES
sur financement du Conseil régional d’Île-de-France.

IdF + Gestes

Le Réseau Jeunes Chercheurs Travail et Santé propose un cycle de 6 séminaires et un colloque (mars 2017)
A

Informations sur le lieu et les horaires du séminaire de Avril 2017 , à venir prochainement.

 A

RJCTS JE 20160525 Trio2

Animation de la séance : Scarlett Salman, MCF en sociologie, Université Paris Est Marne La Vallée, LISIS

Intervenants (sous réserve) : communiqué ultérieurement

A

RJCTS JE 20160525 GestesIl s’agit de s’intéresser aux interventions proposées par les cabinets de prévention en risques psychosociaux, devenus l’un des acteurs majeurs du traitement de la question dans les entreprises, dans un contexte marqué par l’explosion du nombre de cabinets agréés par le ministère du Travail et par la libéralisation du marché sous l’impulsion de directives européennes. Plusieurs enquêtes, notamment consacrées au cas de France Télécom Orange, soulignent l’importance prise par l’expertise des cabinets dans le règlement de conflits autour des risques psychosociaux. Néanmoins, le contenu concret des interventions de ces cabinets reste largement méconnu. En particulier, si l’expertise auprès des CHSCT est davantage étudiée, ce n’est pas le cas des interventions des cabinets sollicités par les directions d’entreprises et les directions des ressources humaines. La session serait l’occasion de discuter avec des professionnels de ces cabinets, d’autant plus que certains sociologues y ont travaillé ou y travaillent encore.

Contacts organisateurs :

Camille GASNIER, camille.gasnier@ehess.fr
Tessa TCHAM, tcham.tessa@gmail.com
Scarlett SALMAN, scarlett.salman@u-pem.fr
Rémy PONGE, remy.ponge@gmail.com

Vigipirate Dans le cadre du renforcement du plan Vigipirate, des contrôles pourront être effectués. Merci de vous munir de vos cartes d’identité.

Mis en ligne par le DIM Gestes, le jeudi 3 novembre 2016

Logos facebook twitter Gestes

 

Avr
20
jeu
2017
COLLOQUE – “Travail, psychanalyse et théorie critique” @ Université Paris 10
Avr 20 @ 8 h 00 min – Avr 21 @ 18 h 00 min

 

Cette manifestation scientifique est une lauréate 2016
des actions soutenues par le DIM GESTES
sur financement du Conseil régional d’Île-de-France.

IdF + Gestes

“Travail, psychanalyse et théorie critique”

Colloque international coordonné par Duarte ROLO (avec Alexis CUKIER, Christophe DEJOURS, Katia GENES) et organisé par le Laboratoire Psychologie Clinique, Psychopathologie, Psychanalyse (PCPP EA 4056).

A

  • Télécharger ici le pré-programme …. communiqué ultérieurement
  • Télécharger ici l’affiche du colloque …. communiqué ultérieurement

A

image_Echanger des point de vueDepuis Adorno et Horkheimer jusqu’à Honneth en passant notamment par Marcuse et Reich, la Théorie critique francfortoise s’est construite centralement à partir d’une discussion des théories du travail, d’une part, et de la psychanalyse, d’autre part. Cette discussion a produit des effets dans le domaine de la psychanalyse comme des théories du travail, et est aujourd’hui au cœur des élaborations de la psychodynamique du travail. Ce colloque se donne un double objectif : d’une part, retracer l’apport de la théorie critique francfortoise depuis ses débuts sur la question du travail et évaluer l’usage qu’elle a pu faire de la psychanalyse, afin de faire le bilan de la théorie critique aujourd’hui ; d’autre part, examiner les modalités d’une coopération interdisciplinaire entre philosophes, sociologues et psychanalystes sur la question du travail dans une perspective critique. Enfin, la tenue d’un colloque sur cette thématique représente une occasion privilégiée pour faire se rencontrer et dialoguer, le cas échéant engager un travail commun plus durable, des chercheurs et praticiens dans les domaines de la philosophie et de la psychanalyse qui articulent dans leurs travaux, dans une perspective d’histoire des idées ou d’analyse du présent historique, les apports de la Théorie critique, de la psychanalyse et des théories du travail.

Vigipirate Dans le cadre du renforcement du plan Vigipirate, des contrôles pourront être effectués. Merci de vous munir de vos cartes d’identité.

Mis en ligne par le DIM Gestes, le jeudi 3 novembre 2016

Logos facebook twitter Gestes

Avr
27
jeu
2017
JOURNÉES D’ÉTUDES INTERNATIONALES «Travail et consommation XIXe-XXe-XXIe siècle» @ Université Paris Est Créteil
Avr 27 @ 8 h 00 min – Avr 28 @ 18 h 00 min

 

Cette manifestation scientifique est une lauréate 2016
des actions soutenues par le DIM GESTES
sur financement du Conseil régional d’Île-de-France.

IdF + Gestes

«Travail et consommation XIXe-XXe-XXIe siècle»

Journées d’études internationales coordonnées par Fanny GALLOT (avec Anaïs ALBERT, Amalie BEAUMONT, Jackie CLARKE). et organisées par le Centre de Recherche en Histoire Européenne Comparée (CRHEC EA 4392).

A

  • Télécharger ici le pré-programme …. communiqué ultérieurement
  • Télécharger ici l’affiche du colloque …. communiqué ultérieurement

A

image_Echanger des point de vueDepuis Adorno et Horkheimer jusqu’à Honneth en passant notamment par Marcuse et Reich, la Théorie critique francfortoise s’est construite centralement à partir d’une discussion des théories du travail, d’une part, et de la psychanalyse, d’autre part. Cette discussion a produit des effets dans le domaine de la psychanalyse comme des théories du travail, et est aujourd’hui au cœur des élaborations de la psychodynamique du travail. Ce colloque se donne un double objectif : d’une part, retracer l’apport de la théorie critique francfortoise depuis ses débuts sur la question du travail et évaluer l’usage qu’elle a pu faire de la psychanalyse, afin de faire le bilan de la théorie critique aujourd’hui ; d’autre part, examiner les modalités d’une coopération interdisciplinaire entre philosophes, sociologues et psychanalystes sur la question du travail dans une perspective critique. Enfin, la tenue d’un colloque sur cette thématique représente une occasion privilégiée pour faire se rencontrer et dialoguer, le cas échéant engager un travail commun plus durable, des chercheurs et praticiens dans les domaines de la philosophie et de la psychanalyse qui articulent dans leurs travaux, dans une perspective d’histoire des idées ou d’analyse du présent historique, les apports de la Théorie critique, de la psychanalyse et des théories du travail.

Vigipirate Dans le cadre du renforcement du plan Vigipirate, des contrôles pourront être effectués. Merci de vous munir de vos cartes d’identité.

Mis en ligne par le DIM Gestes, le jeudi 3 novembre 2016

Logos facebook twitter Gestes

Mai
14
dim
2017
SÉMINAIRE – Réseau Jeunes Chercheurs Santé et Travail : MAI 2017 “Santé et précarité” @ communiqué ultérieurement
Mai 14 @ 9 h 00 min

Cette manifestation scientifique est une lauréate 2016
des actions soutenues par le DIM GESTES
sur financement du Conseil régional d’Île-de-France.

IdF + Gestes

Le Réseau Jeunes Chercheurs Travail et Santé propose un cycle de 6 séminaires et un colloque (mars 2017)
A

Informations sur le lieu et les horaires du séminaire de Mai 2017 , à venir prochainement.

 A

RJCTS JE 20160525 Trio2

Animation de la séance : Muriel Prévot-Carpentier, Post doctorante, Université Paris 8

A

  • Virginie Althaus, MCF en psychologie du travail, Université de Rouen : Chômage et santé
  • Valentine Hélardot, MCF en sociologie, Université de Toulouse : Précarisation, nouvelles organisations du travail et conséquences sur la santé

RJCTS JE 20160525 GestesS’il est classique d’étudier les atteintes du travail sur la santé, qu’en est-il du non travail ? Restituant les résultats d’une recherche menée en psychologie du travail à Pôle Emploi, et en croisant ces analyses avec les données de l’enquête Santé et Itinéraires Professionnels de la DARES ainsi qu’avec les études menées en sociologie par Valentine Hélardot, la séance propose de porter le regard sur un sujet peu exploré, les conséquences pour la santé du chômage et de la précarisation des conditions de travail.

Contacts organisateurs :

Camille GASNIER, camille.gasnier@ehess.fr
Tessa TCHAM, tcham.tessa@gmail.com
Scarlett SALMAN, scarlett.salman@u-pem.fr
Rémy PONGE, remy.ponge@gmail.com

Vigipirate Dans le cadre du renforcement du plan Vigipirate, des contrôles pourront être effectués. Merci de vous munir de vos cartes d’identité.

Mis en ligne par le DIM Gestes, le jeudi 3 novembre 2016

Logos facebook twitter Gestes

 

Juin
1
jeu
2017
COLLOQUE – «Briser l’invisibilité des cancers d’origine professionnelle. Mise en perspective internationale de l’expérience du GISCOP 93» @ MSH Paris Nord
Juin 1 @ 8 h 00 min – Juin 2 @ 18 h 00 min

 

Cette manifestation scientifique est une lauréate 2016
des actions soutenues par le DIM GESTES
sur financement du Conseil régional d’Île-de-France.

IdF + Gestes

« Briser l’invisibilité des cancers d’origine professionnelle.
Mise en perspective internationale de l’expérience du GISCOP 93 »

Colloque coordonné par Benjamin LYSANIUK (avec Charles-Olivier BETANSEDI, Emilie COUNIL, Axelle CROISE, Cécile DURAND, Lanna FLAVIENNE, Moritz HUNSMAN, , Anne MARCHAND, Annie THEBAUD-MONY ) et organisé par l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS UMR 8156).

A

  • Télécharger ici le pré-programme …. communiqué ultérieurement
  • Télécharger ici l’affiche du colloque …. communiqué ultérieurement

A

image_Echanger des point de vue

En 2012, dans l’Union européenne, environ, 2,6 millions de nouveaux cas de cancer ont été diagnostiqués et cette maladie a causé la mort de quelque 1,2 million de personnes (http://eco.iarc.fr/EUCAN/). En France, l’épidémie a atteint 355 000 nouveaux cas par an et le cancer est devenu la première cause de mortalité, soit 34% des décès parmi les hommes et 25% des décès parmi les femmes (Aouba et al, BEH, 2011). Selon le bilan du 1er plan cancer établi par la Cour des comptes en 2008, « De 2,3 à 5 millions de salariés, selon les sources, seraient exposés en France à des agents cancérogènes. Plus des deux tiers sont des ouvriers ; le taux de mortalité par cancer est dix fois plus élevé chez ces derniers et chez les employés que chez les cadres et dans les professions libérales, toutes causes confondues ». Pourtant, moins de 2000 cas de cancer sont reconnus en maladie professionnelle chaque année, ce qui représente 0,5% des cancers incidents.

En se basant sur l’expérience, unique en France, du Groupement d’Intérêt Scientifique sur les Cancers d’Origine Professionnelle (GISCOP93) et en fédérant des partenaires européens déjà identifiés, nous proposons l’organisation – en juin 2017 – d’un colloque international et pluridisciplinaire sur les cancers d’origine professionnelle, qui questionne les mécanismes de leur invisibilité.

Vigipirate Dans le cadre du renforcement du plan Vigipirate, des contrôles pourront être effectués. Merci de vous munir de vos cartes d’identité.

Mis en ligne par le DIM Gestes, le jeudi 3 novembre 2016

Logos facebook twitter Gestes

Juin
11
dim
2017
SÉMINAIRE – Réseau Jeunes Chercheurs Santé et Travail : JUIN 2017 “Appréhension et gestion domestique de la santé au travail : espaces de dialogue et arrangements informels” @ communiqué ultérieurement
Juin 11 @ 9 h 00 min

Cette manifestation scientifique est une lauréate 2016
des actions soutenues par le DIM GESTES
sur financement du Conseil régional d’Île-de-France.

IdF + Gestes

Le Réseau Jeunes Chercheurs Travail et Santé propose un cycle de 6 séminaires et un colloque (mars 2017)
A

Informations sur le lieu et les horaires du séminaire de JUIN 2017 , à venir prochainement.

 A

RJCTS JE 20160525 Trio2

Animation de la séance : communiqué ultérieurement

Intervenants : communiqué ultérieurement

A

RJCTS JE 20160525 Gestes

Cette séance vise à fournir un angle d’approche original de la santé au travail à partir des espaces hors travail. La description des liens entre la santé et le travail implique de ne pas réduire la santé au travail à sa dimension institutionnelle et politique, mais de l’étendre aux pratiques quotidiennes par lesquelles les acteurs appréhendent les risques du travail qui les concernent. Une telle perspective conduit à tenir compte des interactions entre la sphère professionnelle et la sphère privée.

Il s’agira notamment de réfléchir à la façon dont les questions de santé au travail investissent les espaces hors travail, en particulier celui du couple. Quelle place les questions de santé au travail tiennent-elles dans le dialogue sur son travail au sein du couple ? Y repère-t-on des formes de co-construction des discours sur sa santé au travail ?

Dans le secteur du bâtiment, les conjointes d’artisans sont identifiées comme les relais privilégiés des mesures de prévention auprès de leur mari et de leurs salariés. Des groupes « femmes » au sein des organisations professionnelles luttent depuis plusieurs années pour une professionnalisation du rôle des femmes dans la gestion de l’entreprise artisanale. A quels enjeux, limites, angles morts des politiques de prévention, la mobilisation de cet acteur privé répond-elle ? Quels liens avec les rapports sociaux de genre et la naturalisation de la prévention comme travail de care ?

Enfin, cette approche « par le hors travail » ouvre de nouvelles pistes de réflexion pour rendre compte des modalités de prise en charge des travailleurs victimes d’accidents du travail ou de maladies professionnelles. Quels modes de gestion informelle de l’accident / de la maladie professionnelle se mettent-ils en place au sein du couple ? Comment s’articulent-ils avec les dispositifs institutionnels ?

Contacts organisateurs :

Camille GASNIER, camille.gasnier@ehess.fr
Tessa TCHAM, tcham.tessa@gmail.com
Scarlett SALMAN, scarlett.salman@u-pem.fr
Rémy PONGE, remy.ponge@gmail.com

Vigipirate Dans le cadre du renforcement du plan Vigipirate, des contrôles pourront être effectués. Merci de vous munir de vos cartes d’identité.

Mis en ligne par le DIM Gestes, le jeudi 3 novembre 2016

Logos facebook twitter Gestes

 

Sep
6
mer
2017
JOURNÉES INTERNATIONALES de l’économie sociale et économie politique : regards croisés sur l’histoire et sur les enjeux contemporains @ Université Paris 8
Sep 6 @ 8 h 00 min – Sep 8 @ 18 h 00 min

 

Cette manifestation scientifique est une lauréate 2016
des actions soutenues par le DIM GESTES
sur financement du Conseil régional d’Île-de-France.

IdF + Gestes

Journées de l’économie sociale et économie politique :
regards croisés sur l’histoire et sur les enjeux contemporains

Dans le cadre des 37èmes journées de l’Association d’Économie Sociale est organisé un colloque international coordonné par Géraldine RIEUCAU et organisé par le Laboratoire d’Économie Dionysien (LED EA 3391).

A

  • Télécharger ici le pré-programme …. communiqué ultérieurement
  • Télécharger ici l’affiche du colloque …. communiqué ultérieurement

A

image_Echanger des point de vueLes 37ièmes journées de l’Association d’Économie Sociale (AÉS) sont organisées par le Laboratoire d’Économie Dionysien à l’Université Paris 8-St Denis, du 6 au 8 septembre 2017. Depuis près de 40 ans, les journées de l’AES contribuent à la réflexion théorique et à la connaissance empirique de l’économie sociale, des questions de travail, d’emploi, de santé, d’éducation, tout en explorant les politiques publiques qui se rapportent à ces champs, impulsées au niveau européen, national ou local. Bien qu’organisées majoritairement par des économistes, les journées de l’AES privilégient l’interdisciplinarité. Les 37ièmes journées ont pour thème : « Économie sociale et économie politique : regards croisés sur l’histoire et sur les enjeux contemporains ». Économie sociale et économie politique entretiennent des liens étroits et constructifs pour articuler économie et société, mettre à jour et valoriser des formes variées de production, d’échanges et de régulations, concilier efficacité et justice sociale. Ces journées seront l’occasion de réfléchir à l’histoire de l’économie sociale, de ses acteurs et de ses actions, aux notions de biens communs, biens publics et biens privés, ainsi qu’aux mutations des politiques sociales, marquées par un affaiblissement des principes d’équité et de solidarité. Comment les institutions, les organisations et les entreprises intègrent-elles les nouveaux risques sociaux et environnementaux ? Quels indicateurs décrivent ces réalités ? Nous réfléchirons aux innovations qui interrogent les fondements de l’économie sociale – l’économie solidaire, l’entreprenariat social, la gouvernance démocratique des entreprises – et à la dimension territoriale des activités de production et d’échanges : comment l’économie politique pense-t-elle les marchés non standards ? Le colloque prévoit des doctoriales, deux conférences plénières, quatre sessions de quatre ou cinq ateliers, une table ronde sur l’économie sociale et solidaire en Seine-St-Denis.

Vigipirate Dans le cadre du renforcement du plan Vigipirate, des contrôles pourront être effectués. Merci de vous munir de vos cartes d’identité.

Mis en ligne par le DIM Gestes, le jeudi 3 novembre 2016

Logos facebook twitter Gestes

Top