Dire et entendre la souffrance au travail : journée thématique du Gestes le 13 novembre (COMPLET)

Le Groupe d’études sur le travail et la souffrance au travail organise sa première journée thématique le 13 novembre 2012 à l’ENS Cachan. Le nombre maximal de participants ayant été atteint ce jeudi 8 novembre, les inscriptions sont désormais closes.

Pour télécharger le programme, cliquez ici.

Cette journée, qui sera ouverte par la vice-présidente chargée de la recherche au Conseil Régional d’Ile de France, vise avant tout à mettre en valeur la diversité des recherches sur les questions qui structurent le DIM et à permettre aux différentes disciplines de croiser leurs approches.

Afin que s’exprime le plus grand nombre de chercheurs, nous vous invitons à venir nombreux et à largement diffuser le programme.

Informations pratiques

La journée débute mardi 13 novembre 2012 à 9h.

École Normale Supérieure
Bâtiment d’Alembert, salle Condorcet
61, avenue du Président Wilson 94235 CACHAN

RER le plus proche : Bagneux, ligne B.

Aucune participation financière n’est à prévoir. Possibilité de restauration sur place, prise en charge pour les doctorants et les demandeurs d’emploi.

Cette journée thématique est ouverte à tout public intéressé par les travaux du DIM Gestes : pour vous inscrire, merci d’utiliser le formulaire ci-dessous.

Contact : Valérie Quiguer,  01 75 60 35 30 ou la coordination du Gestes.

Pour télécharger et imprimer le plan interne du campus, cliquez ici.


Agrandir le plan


Programme

Pour télécharger et imprimer le programme, cliquez ici.

9 h. Accueil

9 h 15. Introduction de la journée et résultats des appels à projets 2012 par Michel Gollac et Jérôme Pélisse, co-directeurs du Gestes.

9 h 30. Intervention d’Isabelle This Saint-Jean, vice-présidente chargée de la recherche du Conseil régional d’Ile de France

9h45 – 11h15. Première table ronde
Expertise et évaluation de la souffrance : les instruments et les acteurs

animée par Claire Edey Gamassou
Université Paris-Est Créteil

La construction du sujet souffrant au travers des instruments scientifiques de mesure

Florence Allard-Poesi et Sandrine Hollet-Haudebert
Université Paris-Est, Institut de Recherche en Gestion

Les cabinets-conseil spécialisés en prévention des risques psychosociaux : des acteurs « objectivants » ?

Tarik Chakor
Université Aix-Marseille, LEST-CNRS

L’expertise, expression des stratégies et jeux d’acteurs autour de la politique de prévention

Xavier Zunigo
Docteur en sociologie et directeur du cabinet Aristat

11h15-11h30 : Pause


 11h30 – 13h00. Deuxième table ronde
Le croisement des savoirs et des discours

animée par Isabelle Vacarie
Université de Paris-Ouest Nanterre La Défense (IRERP)

L’irruption du politique dans les sciences de la « vie au travail » en Suède des années 1960 à aujourd’hui

Pascal Marichalar
Centre Maurice-Halbwachs (Paris) et Groupe de sociologie politique européenne (Strasbourg)

Quelle prise en compte de la clinique du travail par le droit ?

Nicolas Chaignot
CNAM-CRTD, équipe de psychodynamique du travail et de l’action

L’apport de la médecine générale au diagnostic de la souffrance au travail

Alexis Descatha et Zakia Mediouni
Université de Versailles Saint-Quentin, Assistance publique – Hôpitaux de Paris, Unité de pathologie professionnelle

13h-14h15. Déjeuner


14h15-16h45. Ateliers en parallèle
Atelier 1. Transformation des métiers, cause de souffrance ou remède à la souffrance

Bâtiment Laplace, salle Renaudeau
Président de séance : Yves Clot, CNAM, Chaire de Psychologie du travail
Discutant : Thierry Pillon, Université de Rouen, Laboratoire DySoLa

Silence ou stratégie de fuite face à la situation de souffrance au travail : regard sur des libraires salariés

Frédérique Leblanc
CRESPPA-CSU et Université Paris-Ouest Nanterre La Défense

Stratégies individuelles de gestion de la mise sous tension dans les entreprises de service professionnel

Lucie Noury, Sébastien Gand, Jean-Claude Sardas
Mines Paristech

Les transformations du geste professionnel à partir de la mesure des tensions du métier : l’exemple du métier de fossoyeur

Pascal Simonet
CNAM, CRTD, Équipe psychologie du travail et clinique de l’activité

Mesure de l’activité et transformation de l’organisation du travail dans les entrepôts de la grande distribution

David Gaborieau
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IDHE (Laboratoire Georges-Friedmann)


Atelier 2. Dialogue et action collective : enjeux et obstacles

Bâtiment d’Alembert, salle Condorcet
Président de séance : Michel Pigenet, Université de Paris I, Centre d’histoire sociale du XXe siècle
Discutante : Nathalie Ferré, Université Paris 13, IRIS-EHESS

Les conditions sociales de l’engagement des CHSCT dans le travail de prévention

Arnaud Mias
Université de Rouen, UMR 8533, IDHE, ENS de Cachan.

Les espaces de dialogue : un outil pour mettre des mots sur les maux

B. Brière et C. Piney
IRES, CRTD-CNAM, Équipe d’ergonomie, CREAPT, IREX

Souffrance au travail : quelles revendications syndicales possibles dans un milieu hautement qualifié

Lucie Goussard
Université d’Évry Val-d’Essonne, Centre Pierre-Naville

Travailler dur et lutter fort : cinq exemples de résistance à l’exploitation par l’engagement syndical

Laurence Proteau
CESSP-CSE, Paris 1 Panthéon –Sorbonne, EHESS


Atelier 3. Dire, taire et entendre la souffrance au travail

Salle des conférences du Pavillon des Jardins
Président de séance : Philippe Bataille, EHESS, Centre d’analyse et d’intervention sociologiques
Discutante : Marie-Anne Dujarier, Université Paris 3, LISE-CNRS

Quand exprimer sa souffrance aggrave les tensions

Sylvain Kerbourc’h
Centre d’études de l’emploi, Cadis-Ehess, Sophie Dalle-Nasébi  – Pôle RDE, WebSourd

Dire ou taire la souffrance au travail : des enjeux spécifiques en seconde partie de carrière ?

Morgane Kuehni et Magdalena Rosende
Université de Lausanne, Laboratoire de sociologie

Analyser sociologiquement la « souffrance » des salariés licenciés

Mélanie Guyonvarch
Université d’Évry Val-d’Essonne, Centre Pierre-Naville – TEPP

Destin des paroles de plainte en organisation

Olivia Foli
LISE – CNAM CNRS et GRIPIC

Situations pathogènes au travail : subjectivation ou non subjectivation ?

Constance Perrin-Joly
Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité, IRIS (Paris 13, EHESS, CNRS, INSERM)

Top