“L’articulation des démarches quantitative et qualitative pour analyser le travail : mythe ou réalité ?”

Echanges du Céreq, Relief n°52, Décembre 2015. issu du Séminaire Analyse du travail – sous la direction de Samira Mahlaoui.

Céreq_Relief
Ce troisième numéro Relief dédié au Séminaire méthodologique d’Analyse du travail (SEMAT) du Céreq, porte sur un sujet qui n’est pas nouveau en soi, mais qui constitue encore aujourd’hui une question vive dans le champ des sciences humaines et sociales en général, et dans les disciplines qui s’intéressent aux questions de formation, d’emploi et de travail. C’est celui de l’articulation entre les approches quantitatives et les approches qualitatives.

Les débats sur leurs apports réciproques et leurs modes d’articulation possibles restent en effet encore très présents. Pour l’analyste convaincu de l’intérêt de marier pareilles approches, la difficulté technique n’est déjà pas mince. Souvent, il est amené à entrer dans l’exercice d’articulation en devant découvrir ou s’approprier l’un ou l’autre des deux types de démarche, en fonction de son profil originel, plutôt « qualitativiste » ou alors plutôt « quantitativiste ». En outre, force est de reconnaître que le sujet devient particulièrement épineux lorsqu’il s’agit d’appréhender et d’analyser des situations et des activités de travail, lesquelles sont le plus souvent étudiées par le biais de démarches qualitatives.Céreq_Signature

Les principales interrogations qui ont guidé notre réflexion et qui ont permis d’alimenter les débats de la séance de travail du 25 juin 2014 ont ainsi été les suivantes : que nous apprennent les approches quantitatives sur le travail ? Dans quelle mesure se combinent-elles ou non avec des approches qualitatives ? Les approches quantitatives apportent-elles d’ailleurs une valeur ajoutée aux approches qualitatives, utilisées classiquement pour analyser le travail ? Est-il opportun de marier plus souvent ces deux types d’approches ? À quelles conditions ? En quoi les approches qualitatives peuvent-elles modifier le type d’approches quantitatives ? Dans quel ordre les mobilise-t-on ? « Quanti-quali » versus « quali-quanti » ? Ou simultanément ?

Retrouvez l’intégralité de ce numéro, en version PDF en cliquant ici.

Info relayée par le DIM Gestes, le Mercredi 9 Mars 2016

DIMGestes LOGO

Top