Lauréats 2016

Pour cette 5ème campagne annuelle,

6 Manifestations Scientifiques bénéficient d’un soutien financier.
Image_Lauréats Manifestations scientifiques 2016

Manifestations Scientifiques
(mise en ligne à l’issue des Sélections, closes le 18 Octobre 2016 )

Le conseil scientifique (Jury de sélection des lauréats) et les membres du bureau DIM Gestes,  décident de soutenir…

 
A
Janvier à Juin 2017 – “Colloque et Séminaire du Réseau Jeunes Chercheurs Travail et Santé”
A
A
20&21 Avril  2017 – “Travail, psychanalyse et théorie critique”
A
A
27&28 Avril 2017 – “Travail et consommation XIXe-XXe-XXIe siècle“
A
A
1er&2 Juin 2017 – “Briser l’invisibilité des cancers d’origine professionnelle. Mise en perspective internationale de l’expérience du GISCOP 93“
A
A
6 au 8 Septembre 2017 – “Économie sociale et économie politique : regards croisés sur l’histoire et sur les enjeux contemporains“
A
A
19 au 21 Octobre 2017 – “Penser et réaliser la transformation du travail : l’apport de la démarche ergologique et de l’oeuvre d’Yves Schwartz“
A

 

A
A
Pour JANVIER 2017

image_Echanger des point de vue« Colloque et Séminaire du Réseau Jeunes Chercheurs Travail et Santé », manifestation coordonnée par Camille GASNIER (avec Rémy PONGE, Scarlett SALMANN, Tessa TCHAM ).

Ce Cycle de séminaires puis le Colloque sont organisés par la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord (MSHPN USR3258). Les crédits sont géré par le CNRS Délégation Régionale Ouest et Nord.

Télécharger ici le pré-programme en version PDF

Format : Colloque international

Date : Les rencontres se tiendront de Janvier à Juin 2017 dans les locaux de la MSHPN.


Résumé : 
Le Réseau des jeunes chercheurs Travail et Santé a été créé en octobre 2014 et compte aujourd’hui plus de quarante membres. Il a pour objectif de fédérer les recherches en sciences sociales sur ces questions, de favoriser les échanges entre praticiens et acteurs de la recherche et de participer à l’intégration professionnelle des jeunes chercheurs. Il propose pour cela d’organiser durant l’année 2016-2017 un séminaire mensuel ouvert et un colloque organisé sur deux journées. La dynamique des années précédentes a amené le réseau à poursuivre ses réflexions autour d’une problématique forte : celle de la pertinence de la notion de risque pour penser le travail, et la santé au travail. L’année 2016-2017 portera donc une réflexion transversale, mais non exhaustive, visant à remettre en perspective la notion de risque, sa construction et son institutionnalisation d’abord dans le régime de protection sociale, puis dans les méthodes de prévention. L’organisation d’un colloque a pour ambition d’interroger profondément cette notion. Il consistera à faire dialoguer des chercheurs et praticiens autour de travaux récents qui revendiquent cette notion de risque et d’autres travaux qui proposent des approches différentes pour aborder le travail. Une première journée sera consacrée à la « mise en risque » des émotions au travail et une seconde journée abordera frontalement l’opposition classiquement établie entre approche quantitative et qualitative de la santé au travail.

Cette interrogation traversera également les séances du séminaire. L’objectif sera d’alimenter une réflexion collective pluridisciplinaire autour de l’institutionnalisation, des enjeux et des angles morts de la notion de risque. Des séances seront notamment consacrées à la façon dont elle investit le sens du travail (comment parler du travail), à ses appropriations par des acteurs privés et publics de la prévention (inspecteurs du travail, auditeurs de certification) ainsi qu’à son refoulement dans l’espace et la temporalité du hors travail (périodes de précarité et espaces de vie intime).

A
A
Pour AVRIL 2017

image_Echanger des point de vue“Travail, psychanalyse et théorie critique”, manifestation coordonnée par Duarte ROLO (avec Alexis CUKIER, Christophe DEJOURS, Katia GENES).

Colloque organisé par le Laboratoire Psychologie Clinique, Psychopathologie, Psychanalyse (PCPP EA 4056). Les crédits seront gérés par l’Université Paris-Descartes.

 

Télécharger ici le pré-programme en version provisoire…prochainement

Format : Colloque international

Date : se tiendra les 20 et 21 Avril 2017 dans les locaux de  l’Université Paris10.

Résumé : Depuis Adorno et Horkheimer jusqu’à Honneth en passant notamment par Marcuse et Reich, la Théorie critique francfortoise s’est construite centralement à partir d’une discussion des théories du travail, d’une part, et de la psychanalyse, d’autre part. Cette discussion a produit des effets dans le domaine de la psychanalyse comme des théories du travail, et est aujourd’hui au cœur des élaborations de la psychodynamique du travail. Ce colloque se donne un double objectif : d’une part, retracer l’apport de la théorie critique francfortoise depuis ses débuts sur la question du travail et évaluer l’usage qu’elle a pu faire de la psychanalyse, afin de faire le bilan de la théorie critique aujourd’hui ; d’autre part, examiner les modalités d’une coopération interdisciplinaire entre philosophes, sociologues et psychanalystes sur la question du travail dans une perspective critique. Enfin, la tenue d’un colloque sur cette thématique représente une occasion privilégiée pour faire se rencontrer et dialoguer, le cas échéant engager un travail commun plus durable, des chercheurs et praticiens dans les domaines de la philosophie et de la psychanalyse qui articulent dans leurs travaux, dans une perspective d’histoire des idées ou d’analyse du présent historique, les apports de la Théorie critique, de la psychanalyse et des théories du travail.

 

A
A
Également en AVRIL 2017

image_Echanger des point de vueJournées d’Etudes internationales «Travail et consommation XIXe-XXe-XXIe siècle», manifestation coordonnée par Fanny GALLOT (avec Anaïs ALBERT, Amalie BEAUMONT, Jackie CLARKE).

Elles sont organisées par le Centre de Recherche en Histoire Européenne Comparée (CRHEC EA 4392). Les crédits sont gérés par l’Université Paris Est Créteil UPEC.

Télécharger ici le pré-programme en version provisoire…prochainement

Format : Colloque international

Date : Ces Journées se tiendront les 27 et 28 Avril 2017 dans les locaux de l’UPEC.

Résumé : Les Journées d’Etudes internationales « Travail et consommation, XIXe-XXe-XXIe siècle » s’inscrivent dans le renouvellement des recherches en cours en histoire et sociologie du travail d’une part, et de la consommation d’autre part en cherchant à décloisonner des champs souvent séparés. En effet, si des recherches ont abordés les deux dimensions de façon conjointe, elles rentrent peu dans le détail des professions et dans la nature du lien entre travail et consommation et le plus souvent, les recherches sur la consommation oublient la production et/ou la vente tandis que celles s’intéressant au travail évoquent peu les salarié-e-s comme des consommateurs et des consommatrices potentielles. Pourtant, le travail et la consommation sont intimement liés et surtout se mêlent dans les quotidiens salarié-e-s si bien qu’il est parfois difficile de dissocier d’un côté le temps du travail et de l’autre, celui de la consommation, notamment lorsque les travailleurs/euses consomment le produit, matériel ou immatériel, de leur travail. Qu’il s’agisse de la production de biens ou de services, les salariée-s peuvent parfois être mis à contribution dans la conception ou la vente de produits alors même que cela n’est pas initialement prévu dans leur travail. Ce sont alors leurs qualités de consommateur ou consommatrice qui se trouvent mobilisées. Enfin, la consommation peut également être pensée comme un travail, que ce soit en tant que partie du travail domestique féminin ou comme un travail gratuit d’évaluation des produits. Dans une approche interdisciplinaire (histoire, sociologie, science politique, anthropologie), il s’agit donc de s’intéresser à tous les métiers d’une part, et à tout type de consommation d’autre part. Trois axes de recherche sont envisagés : les liens entre l’entreprise et la consommation des salariés ; la consommation de travailleurs/euses et leurs identités de race, de classe ou de sexe ; consommation, travail et mobilisations.

A
A
Pour JUIN 2017

image_Echanger des point de vue« Briser l’invisibilité des cancers d’origine professionnelle. Mise en perspective internationale de l’expérience du GISCOP 93 », manifestation coordonnée par Benjamin LYSANIUK (avec Charles-Olivier BETANSEDI, Emilie COUNIL, Axelle CROISE, Cécile DURAND, Lanna FLAVIENNE, Moritz HUNSMAN, , Anne MARCHAND, Annie THEBAUD-MONY )

Colloque organisé par l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS UMR 8156). Les crédits sont gérés par l’Université Paris-Nord, UP13.

Télécharger ici le pré-programme en version provisoire…prochainement

Format : Colloque international

Date : se tiendra les 1er et 2 Juin 2017, à la MSHPN.

Résumé : En 2012, dans l’Union européenne, environ, 2,6 millions de nouveaux cas de cancer ont été diagnostiqués et cette maladie a causé la mort de quelque 1,2 million de personnes (http://eco.iarc.fr/EUCAN/). En France, l’épidémie a atteint 355 000 nouveaux cas par an et le cancer est devenu la première cause de mortalité, soit 34% des décès parmi les hommes et 25% des décès parmi les femmes (Aouba et al, BEH, 2011). Selon le bilan du 1er plan cancer établi par la Cour des comptes en 2008, « De 2,3 à 5 millions de salariés, selon les sources, seraient exposés en France à des agents cancérogènes. Plus des deux tiers sont des ouvriers ; le taux de mortalité par cancer est dix fois plus élevé chez ces derniers et chez les employés que chez les cadres et dans les professions libérales, toutes causes confondues ». Pourtant, moins de 2000 cas de cancer sont reconnus en maladie professionnelle chaque année, ce qui représente 0,5% des cancers incidents.

En se basant sur l’expérience, unique en France, du Groupement d’Intérêt Scientifique sur les Cancers d’Origine Professionnelle (GISCOP93) et en fédérant des partenaires européens déjà identifiés, nous proposons l’organisation – en juin 2017 – d’un colloque international et pluridisciplinaire sur les cancers d’origine professionnelle, qui questionne les mécanismes de leur invisibilité. 

Pour SEPTEMBRE 2017

A
A
image_Echanger des point de vueA l’occasion des 37ièmes journées de l’Association d’Économie Sociale,  journées de “Économie sociale et économie politique : regards croisés sur l’histoire et sur les enjeux contemporains”, manifestation coordonnée par Géraldine RIEUCAU.

Colloque organisé par le Laboratoire d’Économie Dionysien (LED EA 3391). Les crédits seront gérés par l’Université Paris8.

Télécharger ici le pré-programme en version provisoire…prochainement

Format : Colloque international , doté d’un site internet

Date : se tiendra du 6 au 8 Septembre 2017 dans les locaux de  l’Université Paris8.

Résumé : Les 37ièmes journées de l’Association d’Économie Sociale (AÉS) sont organisées par le Laboratoire d’Économie Dionysien à l’Université Paris 8-St Denis, du 6 au 8 septembre 2017. Depuis près de 40 ans, les journées de l’AES contribuent à la réflexion théorique et à la connaissance empirique de l’économie sociale, des questions de travail, d’emploi, de santé, d’éducation, tout en explorant les politiques publiques qui se rapportent à ces champs, impulsées au niveau européen, national ou local. Bien qu’organisées majoritairement par des économistes, les journées de l’AES privilégient l’interdisciplinarité. Les 37ièmes journées ont pour thème : « Économie sociale et économie politique : regards croisés sur l’histoire et sur les enjeux contemporains ». Économie sociale et économie politique entretiennent des liens étroits et constructifs pour articuler économie et société, mettre à jour et valoriser des formes variées de production, d’échanges et de régulations, concilier efficacité et justice sociale. Ces journées seront l’occasion de réfléchir à l’histoire de l’économie sociale, de ses acteurs et de ses actions, aux notions de biens communs, biens publics et biens privés, ainsi qu’aux mutations des politiques sociales, marquées par un affaiblissement des principes d’équité et de solidarité. Comment les institutions, les organisations et les entreprises intègrent-elles les nouveaux risques sociaux et environnementaux ? Quels indicateurs décrivent ces réalités ? Nous réfléchirons aux innovations qui interrogent les fondements de l’économie sociale – l’économie solidaire, l’entreprenariat social, la gouvernance démocratique des entreprises – et à la dimension territoriale des activités de production et d’échanges : comment l’économie politique pense-t-elle les marchés non standards ? Le colloque prévoit des doctoriales, deux conférences plénières, quatre sessions de quatre ou cinq ateliers, une table ronde sur l’économie sociale et solidaire en Seine-St-Denis. 

A
A
et enfin, en OCTOBRE 2017.

image_Echanger des point de vueColloque international “Penser et réaliser la transformation du travail : l’apport de la démarche ergologique et de l’oeuvre d’Yves Schwartz”, manifestation coordonnée par Anne-Lise ULMANN, avec Yves BAUNAY, Christine CASTEJON, Daisy CUNHA, Louis DURRIVE, Guy JOBERT, Muriel PREVOT – CARPENTIER.

Colloque organisé par le Centre de Recherche sur le Travail et le Développement (CRTD EA 4132). Les crédits seront gérés par le CNAM.

Télécharger ici le pré-programme en version provisoire…prochainement

Format : Colloque international

Date : se tiendra du 19 au 21 Octobre 2017 dans les locaux du CNAM.

Résumé : Les parties prenantes du colloque international Penser et réaliser la transformation du travail : l’apport de la démarche ergologique et de l’œuvre d’Yves Schwartz représentent plusieurs universités et partenaires autour d’un laboratoire porteur : le Centre de Recherche sur le Travail et le Développement au CNAM. Il s’agit d’organiser à Paris, les 19, 20 et 21 octobre 2017, une manifestation scientifique de grande ampleur qui permettra de faire le point sur 30 ans de développements de l’approche ergologique et de la faire connaître. L’ergologie est une démarche d’appréhension de l’activité humaine qui vise la construction de dispositifs de circulation et de productions de savoirs accordant plus de place à l’expérience. Le colloque veut rendre plus visibles les réalisations ainsi que les travaux en cours autour de cette approche, autant que les questions qu’elle soulève et les obstacles auxquels elle se heurte : ceci avec l’intention de provoquer de nouvelles rencontres scientifiques porteuses d’échanges pluridisciplinaires mais aussi professionnelles, et de poursuivre son développement. En accord avec ce que défend et expérimente l’approche ergologique, le colloque d’une durée de 3 jours accueillera des participants de milieux professionnels très divers, favorisant la co-production de savoirs. Les deux premiers jours prendront la forme d’un colloque scientifique, le troisième prolongera les échanges sous d’autres formes, accentuant la dimension de rencontre et de construction de perspectives. Le colloque va donner lieu à une préparation en elle-même dynamique, s’appuyant sur un appel à contribution ainsi qu’à la mise en place d’une plateforme de forums thématiques sur un site internet.

Avec nos remerciements aux contributeurs et félicitations à tous les lauréats 2016.

logo_ile_de_france3« Nous précisons  que le financement des allocataires et manifestations scientifiques est subordonné à une décision formelle du Conseil Régional d’Île-de-France en 2016. L’usage constant du Conseil régional est de suivre les recommandations des instances scientifiques du DIM Gestes ».

 

#GESTES #travail et santé au travail #AAP2016 #lauréats DIM GESTES #Manifestations Scientifiques #Financement de la recherche publique

Rond_DIMGestes_v201610Page en ligne le 19 Octobre 2016.

 

Top