« Le travail invisible, ça compte ! » Journée mondiale 5 avril 2016…

Donner de la visibilité à de l’invisible, tel est le challenge relevé par cette journée mondiale d’origine canadienne, célébrée depuis quelques années déjà*.

Mais qu’est-ce que le travail invisible ?

On parle habituellement du travail invisible dans le cadre familial avec le travail des mères de familles, essentiel et pourtant toujours aussi méconnu. Son qualificatif d’invisible lui vient du fait que sa valeur n’est pas reconnue ni comptabilisée dans les comptes nationaux comme par exemple le PIB (produit intérieur brut).

Une journée pour donner de la visibilité

Difficile de changer le cours des choses en la matière… espérons tout de même qu’une telle journée permettra à tous de mieux comprendre et apprécier la valeur de ce travail “invisible”.

* la date retenue par l’Afeas est en principe le premier mardi de chaque mois d’avril.

Qui aura entendu parler de la journée mondiale du travail invisible ? Cette journée censée reconnaitre le travail des femmes au foyer, dans l’entreprise du conjoint, dans l’éducation des enfants ou encore dans le bénévolat n’a guère eu d’échos dans la presse.

Pourtant, ce concept de travail invisible élaboré il y a une quarantaine d’années au Québec par une association, l’Afeas, peut-être évalué en termes d’espèces sonnantes et trébuchantes.

Image_Le travail INVISIBLEAinsi, l’ONU estimait en 1995 à 11 000 milliards de dollars américains la valeur du travail invisible et non rémunéré des femmes à l’échelle mondiale.

Quant à l’Insee en 2012, ne prenant en compte que les tâches domestiques, elle révélait que si ce travail était rétribuée au même titre qu’une activité professionnelle, elle compterait pour un tiers du PIB de la France … Bref comme le conclut RFI dans son article, le slogan de l’Afeas et toujours aussi actuel : « Le travail invisible, ça compte ! ».


Cette info est diffusée le Mardi 5 Avril 2016, par le DIM Gestes.

DIMGestes LOGO

 

 

Top