“Le vocabulaire du Droit” en grève, la grève est un Droit, C.Wolmark, F.Hubault

Dits de Gestes du 15 mai 2014_n'aura pas lieuLe séminaire des Dits de Gestes du 15 mai, portant sur « Le vocabulaire du droit du travail », n’a finalement pas eu véritablement lieu. En effet, l’intervenant, Cyril Wolmark, juriste (Université Paris-Ouest), a informé les participants qu’il se mettait en grève.

En cause : le gel du point d’indice de la fonction publique, au cœur d’un appel à manifestation jeudi dernier. Le juriste a notamment regretté, via cette décision, une « absence totale de reconnaissance ».

 

“Mettre au jour les formes de domination” par  Cyril Wolmark

Manifestation_2014 05 15« Il m’a semblé, un peu tardivement certes, que le propos que j’allais tenir, sur le vocabulaire du droit du travail, allait être d’une immense absurdité. J’aurais évoqué, dans une perspective critique, le travail et le langage du droit du travail, et tenté, un peu subrepticement, de mettre au jour les formes de domination que l’on peut y trouver. J’aurais fait ça, ici, dans le cadre du DIM Gestes, groupe d’étude sur la souffrance et le travail, au moment même où, à 14h, une grève nationale a été décidée pour, au premier chef, le traitement des fonctionnaires, qui a baissé depuis 6 ans puisque aucune revalorisation salariale n’a eu lieu. Nous sommes donc dans une situation de baisse du salaire réel. Baisse de mon salaire, bien sûr, même si en tant que professeur de droit je ne suis pas vraiment à plaindre sur ce point. Baisse réelle, aussi, des salaires des secrétaires avec lesquels je travaille tous les jours, qui ne gagnent même pas 1100 euros par mois. »

Il a ensuite poursuivi son intervention sur les actuelles conditions de travail à l’université, dont les personnels administratifs autant que les universitaires se plaignent depuis des années. Egalement cibles de revendications : « la bureaucratisation croissante » et « la baisse des effectifs », qui ont décru, dans la fonction publique d’Etat, de près de 10% en 6 ans. « Et cette baisse, ce n’est pas qu’un chiffre, nous la ressentons tous les jours dans nos laboratoires, dans les universités, dans l’accueil des étudiants ».

Cyril Wolmark a ensuite présenté ses excuses pour cette décision tardive. « Mais l’absurdité est un sentiment qui arrive tard. »

“Les dégradations des situations” par François Hubault

« Je comprends très bien que l’on puisse faire grève, et les motifs ne manquent pas », a réagi François Hubault, maître de conférences en ergonomie (Université Paris1), présent à titre de discutant. Il a regretté de ne pas en avoir été informé plus tôt. Selon lui, cette décision de faire grève réagit à une question d’emploi, ou de conditions de travail plutôt qu’à la question de l’activité » qu’il aurait voulu justement évoquer dans la discussion.

Image_Zone de silenceIl a pris exemple du travail des universitaires : « Nous sommes dans une communauté qui entretient un silence pesant sur ce qu’elle fait. Qui confond le fait d’être constamment évaluée, avec l’idée qu’on saurait exactement de quoi est fait son travail… dont elle ne parle pas. » Selon lui, « les dégradations des situations seraient au moins autant dues à un silence sur l’activité intime du travail, qu’à la façon dont ses résultats sont reconnus. Même si bien sûr, la rémunération est quelque chose qui compte».

Il a donc décidé de ne pas intervenir, ne s’étant préparé que pour être « discutant ».

Quelques échanges ont eu lieu avec les participants, qui ont notamment demandé davantage de détails sur les raisons de cet exercice du droit de grève.

IntervenantsImage_En grève

  • Cyril Wolmark,  est professeur, agrégé de droit privé, Directeur de l’Institut d’Etudes Judiciaires IEJ, à l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense; Il est membre du Bureau du DIM Gestes.
  • François Hubault, est Maître de conférences de psychologie, psychologie clinique et psychologie sociale, à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne. Il intervient au Centre d’Education Permanente, CEP- Ergonomie et Écologie Humaine et est Chercheur associé au Laboratoire d’intervention-Recherche ATEMIS.​
  • La séance était animée par Claire Edey-Gamassou; Maître de conférences en sciences de gestion, elle pilote les cycles de Séminaires pour le DIM Gestes et est membre du Bureau.

Sur proposition des participants, la séance est reportée. La date sera communiquée sur ce site ultérieurement.

 

Bibliographie indicative (fournie par Cyril Wolmark)

Avertissement : s’il existe de nombreuses études sur le langage du droit, le vocabulaire juridique a été moins étudié. La présente bibliographie ne présente que des articles évoquant la question du vocabulaire.

Sur le vocabulaire en droit du travail

images_droit du travail_biblio

Lyon-Caen A., « A propos de l’adjectif « économique » dans la langue du droit », in Le droit du travail confronté à l’économie, dir. A. Jeammaud, Dalloz, 2005, p.137
Lyon-Caen G., « Qualis labor, talis qualitas », Droits, n°18, 1993, p.67
Lyon-Caen G., « Le langage du droit du travail », Les mots de la loi, dir. N. Molfessis, Economica, coll. Etudes juridiques, 1999, p.1
Sachs T., La raison économique en droit du travail, LGDJ, 2013
Sachs T., « G.P.E.C. : le poids des mots », Revue droit du travail, septembre 2007
Supiot A., Critique du droit du travail, PUF, éd. Quadrige, 2002
Les notions fondamentales du droit du travail, dir. Bernard Teyssié, éditions Panthéon Assas, 2009.

Sur le vocabulaire du droit en général

image_le droit

Les mots de la loi, dir. N. Molfessis, Economica, coll. Etudes juridiques, 1999
Cornu G., Linguistique juridique, Domat, 2000
Gałuskina K., « Le langage du droit et l’ambiguïté lexicale », Neophilologica 2009, n°21, p.30
Battifol H., « Observations sur la spécificité du langage juridique », Mél. MARTY, Presses Universitaires de l’université de sciences sociales de Toulouse, 1978, p.35
Bourcier D., « Argumentation et définition en droit ou les grenouilles sont-elles des poissons ? », Langages, 1976, n°42, p.115
Jestaz Ph.« Le langage et la force contraignante du droit », Autour du droit civil (collection d’écrits de l’auteur), Dalloz, 2005, p.31

 

Mis en ligne le 16 mai 2014

Top