“Quelles réponses au besoin de flexisécurité?” Ouvrage paru…

de Christophe Everaere, professeur de gestion à l’Université Jean-Moulin Lyon3. Question à l’auteur : Quelle est la définition des emplois atypiques?

Dans cet Ouvrage, il y est question des formes d’emploi (anciennes et nouvelles) qui permettent de concilier flexibilité et sécurité des parcours professionnels.

Image_ouvrage Les Emplois Atypiques_EVERAERE
 

“De façon générale, les emplois atypiques, également appelés « formes particulières d’emploi », désignent toutes les formes d’emploi et de travail qui diffèrent de la relation de travail « normale ».
La plupart des définitions de l’emploi atypique retiennent deux critères : le défaut de CDI (donc, les CDD et le travail temporaire), et/ou le défaut de travail à temps plein (donc, le temps partiel). Mais il m’a semblé nécessaire d’ajouter un troisième paramètre qui est celui lié au fait de travailler hors des locaux de l’employeur, dans une autre entreprise. C’est le cas des informaticiens qui travaillent « en régie » ou des femmes de ménage dans les sociétés de nettoyage : ces personnes sont recrutées et payées par une entreprise (sous-traitante) qui les met à disposition de l’entreprise donneuse d’ordres, sur des durées parfois longues (plusieurs années). Ces personnes sont confrontées à la situation particulière d’un double employeur : l’employeur de droit qui les a recrutées et qui les rémunèrent, mais qu’elles ne voient que rarement, et l’employeur de fait, qui chez qui ils travaillent régulièrement, mais sans faire partie de ses effectifs 1. Les salariés des groupements d’employeurs, qui sont mis à disposition des adhérents, sont également concernés par cette double identité professionnelle.
Enfin, nous trouvons encore d’autres situations atypiques, qui débordent de la relation salariale classique. C’est le cas des autoentrepreneurs et des stagiaires. C’est la particularité du statut qui est ici en jeu. Ces deux catégories de collaborateurs ne disposent pas d’un contrat de travail 2 : l’autoentrepreneur est, en principe, indépendant ; le stagiaire est, en principe, étudiant. Mais ils travaillent dans les entreprises ou dans les organisations qui ont recours à leurs services et à leurs compétences. A ce titre, ils constituent tous les deux une ressource humaine appréciable, très flexible, et très bon marché. C’est le volume important de ces deux catégories, ainsi que la problématique du salariat déguisé qui m’a incité à les intégrer dans cette réflexion sur les emplois atypiques.
Au final, les emplois atypiques désignent toutes les formes d’emploi et de travail qui s’exercent hors du contrat de travail normal qu’est le CDI, à temps plein dans les locaux de l’employeur, ou dans le cadre d’un statut particulier. Le tableau ci-dessous extrait de l’ouvrage (page 62) résume et classe les différentes catégories d’emploi et de travail atypique.”

L’ouvrage vient de paraître : Les emplois atypiques. Quelles réponses au besoin de flexibilité?

 

image_LOGO Gestes 003Info relayée par le DIM Gestes le 4 Octobre 2014.

LogoWebRéseauSociaux2LogoWebRéseauSociaux1

Top